ACORD at the 2011 World Social Forum

The World Social Forum returns to Africa in 2011 in Dakar, Senegal. ACORD has brought a team of 36 people to the forum, of staff and people from partner organisations. We are here to contribute, share, learn and be inspired, and we hope to bring a little of the atmosphere to you through our blog.

Post-Forum

Du  6 au 11 février 2011, les participants au forum social mondial ont vécu une expérience exaltante : ils avaient le monde à leur portée de main. Il suffisait de marcher un peu pour passer d’un pays à un autre, d’un continent à un autre et partager aussi bien les expériences heureuses que celles malheurs. Cet élan de solidarité et de fraternité observé au FSM incite à se poser la question suivante : « Que se passerait-il si le monde ressemblait réellement au FSM ? »

Si le monde ressemblait au FSM, il y aurait à travers la planète moins d’inégalités et moins d’injustice parce que les échanges développés entre les peuples permettraient de mieux se connaitre et de soutenir efficacement les initiatives endogènes de développement. Il ne s’agirait pas, comme aujourd’hui, du modèle de développement véhiculé par les multinationales au détriment des paysans et artisans locaux.

Si le monde ressemblait au FSM, on n’aurait pas besoin, au nom de la recherche effrénée des ressources des guerres dans les pays du tiers-monde tel que la RDC en se fixant comme objectif la destruction de l’être humain notamment par le viol utilisé comme arme de guerre. A ce propos, le FSM a permis de révéler à la face du monde, ce monde des peuples frères et amis réunis dans un espace sans frontières ni barrières, l’atrocité et la complexité de la situation des violences que subissent les femmes de l’Est de la RDC  à travers la triste histoire de Mme Sondata Tabuo (nom d'emprunt). Cette dernière fut victime de viols de masse à deux reprises : une première fois par les rebelles rwandais Interhamwe et une seconde fois par les gardes d’un des parcs nationaux de la RDC alors que dans le premier viol elle dormait tranquillement avec son mari et ses enfants en plein milieu de la nuit et dans le deuxième elle était à la recherche du bois de chauffage dans la forêt. Et comme un malheur ne vient jamais seul, Mme Tabuo connut un véritable supplice composé des ingrédients aussi variés que l’esclavage sexuelle, grossesse et accouchement de triplés, destruction de la vie conjugale, dépression nerveuse, rejet et stigmatisation,…

Testimony being given by a survivor of rape.

Pour le moins que l’on puisse dire, sans l’apport et le soutien de cet autre monde réuni à travers l’une de ses composantes œuvrant en RDC Mme Tabuo serait aujourd’hui morte sans avoir la possibilité de relever la tête, reconstruire sa vie de famille et soutenir d’autres victimes de VSBG.

Quand elle relatait son histoire, de nombreuses personnes dans l’assistance n’ont pas pu retenir leurs larmes…elles témoignaient ainsi leur solidarité vis-à-vis des femmes victimes ou mieux survivantes de la RDC en particulier et de toute la région des grands lacs en Afrique. Toutes ces   personnes se disaient très certainement dans leurs cœurs : « Si le monde dans lequel nous vivons ressemblait au Forum Social Mondial, les choses seraient différentes ».

Oui. Vous avez raison, peuples solidaires de la planète. Sachez également que la situation actuelle du monde n’est pas une fatalité. Tous ensemble tel que nous l’avons démontré au FSM pouvons faire bouger les choses.
Yes, We can!  Un autre monde est possible.

Louis Tshiyombo, ACORD DRC

Wednesday 9 Feb 2011

Le rendez vous de Dakar, qui est entré ce Mardi dans sa phase active, ne déroge pas à la règle. Après la grande marche d’ouverture de dimanche, place maintenant aux activités des organisations et à l’animation-débat au niveau des stands, le point névralgique du FSM Dakar  où s’agite une véritable marré humaine.

Les participants venus de tous les coins du monde, recherchent les lieux où se tiennent les activites et les visiteurs des stands et les étudiants se partagent toute la journée les allées et couloirs de l’Université.

Quand à nous, la délégation d’ACORD, après la marche de lundi où des éleveurs sont venus avec des animaux pour la circonstance (chameaux, vaches, moutons), nous nous sommes efforcés de trouver un local pour tenir plusieurs ateliers, ce qui n’était pas chose facile. C’est aux environs de 13h, après de longues négociations avec d’autres organisations, que nous avons pu réaliser l’atelier sur le thème « quand des ennemis deviennent des alliés ». Cet atelier fut animé par Prime de ACORD Burundi et Macky de ACORD Guinée, soutenus par des témoignages des partenaires de ADAPE, et en particulier Alphonse Yombouno (Guinée) sur les questions de conflits entre éleveurs et agriculteurs, au niveau national et transfrontalier. Mais aussi Antoine sur les pactes locaux et transfrontalier entre la Guinée et le Libéria, et enfin Marie sur l’expérience des femmes du Burundi et le thème « Rapprochement des acteurs politiques qui refusent de dialoguer ».

ACORD staff and partners from Burundi and Guinea,
facilitating a workshop on community peace-building initiatives

Marie Kinyabaku from CAFOB (Collectif des Associations Féminines et ONGs du Burundi)
presenting during the workshop

Les débats suivant les différents exposés, ont permis de tirer les conclusions et messages suivants :

  • Les conflits affectent les communautés à la base donc ces communautés devraient être au centre de la recherche de solutions durables
  • L’initiative de Paix renforce une communication valorisante entre les communautés divisées par les conflits
  • Le dialogue pousse les parties en conflit à avoir une vision commune pour la transformation des conflits 
  • Les acteurs doivent travailler en synergie pour établir et maintenir la paix au niveau national, régional et international pour une culture de la paix
  • La valorisation des savoirs et mécanismes locaux de résolution des conflits doit être mise en avant dans la construction de la paix et la transformation de ces conflits
  • La durabilité des solutions doit nécessairement passer par l’inclusion et l’interaction de tous les acteurs, ce qui signifie aussi une bonne gouvernance économique et politique

La journée à été très vivante au niveau du stand ACORD, grâce en particulier à l’animation des artistes venus du Mali, qui à lancé des messages forts en rapport avec les thématiques de programmation de ACORD . 

La suite demain…

Macky Bah, ACORD Guinea



Dancers from the Malian group dance a story of the jealous husband

 

Tuesday 8 Feb 2011

It was all in a day at the Forum. the parade with the camel and the animals certainly got the attention of the participants and passers by. There were no language barriers there.

Awa Diop Fall Dia from ACORD Mali riding the camel as part of the parade

As those who saw asked questions, the ACORD message was well communicated. The camel did in minutes what would have taken quite a few hours to achieve. I note that parade as my highlight of the event!

Jacqueline Williams, ACORD board member



To highlight issues of pastoralism,
the humans at ACORD's stand were joined for a day by:

a cow

a sheep

a goat

and the star turn, a camel.



Coté ACORD, la journée du 8 février  est  réservée aux échanges sur le modèle de reconstruction de la paix initiée par ACORD au Burundi. Des échanges, facilités par Mr Prime, ont eu lieu dans la Salle 3 de la Faculté des sciences et techniques de l’Université de Dakar.

Au stand de ACORD, ouvert du matin au soir,  Fortunée, Jean, Yabo, Louis, Juliet, Awa et collègues  reçoivent  beaucoup de visiteurs qui, attirés par la grande banderole avec le logo de ACORD et un message « cultiver la paix » et  le tout  agrémenté par un groupe de musiciens  venus du Mali  au service de ACORD,  expliquent  aux passants ce que c’est ACORD et  ses programmes  tout en distribuant les produits des recherches et des outils constitués de  livres, livrets,  dépliants,  affiches ,  feuillets…et le ruban rouge pour rappeler que le SIDA constitue encore une menace pour le monde et pour l’Afrique en particulier.  

Certains passants acceptent de  répondre aux questionnaires/test de connaissance sur le pastoralisme, les conflits, …et des T-shirts avec logo ACORD sont distribués aux répondants.

 Tous les passants partent avec l’information qu’ACORD travaille sur les thématiques de moyens d’existence, du genre, des conflits et du VIH&SIDA. La plupart de visiteurs remplissent aussi un registre mis à leur disposition pour y consigner leurs contacts pour une possible communication ultérieure.

One of the musicians, from Mali

Le stand d’ACORD se trouve à la première ligne sur une allée parsemée de stands à gauche et à droite. Avec le matériel des musiciens  au service d’ACORD dont les microphones et les hauts parleurs,  ACORD  facilite la communication de quelques organisations qui veulent faire passer différents messages au public.  Cela a permis aux  peuples de Mauritanie, de Tunisie,  d’Egypte, de Côte d’Ivoire,… d’élever leurs voix en signe de solidarité pour la cause de la Paix.

Au même rythme, sur le même stand, les femmes qui sont venues des programmes d’ACORD au Mali dansent en même temps qu’elles vendent leurs produits agricoles et artisanaux aux spectateurs du groupe musical  et aux visiteurs du stand.

Tant que le courant est disponible, le groupe de chanteurs  jouent des morceaux bien appréciés par la public tout en livrant des messages relatifs aux différentes interventions de ACORD  en Afrique.

Oui, un autre monde est possible !

Fortunée Twiyubahe, ACORD Rwanda



As much as the world is moving in many aspects of life, it is still unfortunate to see that humanity has to go a long way to make the world a good living place for many. This what one witnesses in the World Social Forum. The world is packed with many issues that make life difficult for pastoralists, for women, for people living with HIV and AIDS, for small scale farmers, for people differently able. Trade relationships between the north and the south are becoming ever more unfair. Transnationals are trying to kill small scale farmers. More that half of the world's population is living with less than a dollar a day. Conflict is flaring up in evey part of the world. Rather than dictators negotiating with the people, they are become more stuborn than ever and are supported by global systems. The environment is going from worse to worst. The World Social Forum brings out all this out as clear as a daylight. But those in power are not listening - neither to their people nor to their experts. Civil society is shouting with people year and year out.

Africa in general, sub-Saharan Africa in particular, is confronted with all the aforementioned problems. It bears the brunt of all the issues. ACORD is fighting for social justice and development in general, for food sovereignty in particular. It calls for the support of every person, agency and organization to participate in the fight against all forms of injustice and underdevelopment for the wellbeing of humanity.

Yabowerk Haile, ACORD Ethiopia



Fast-paced work answering questions on the ACORD stall

  • burkina faso
  • burundi
  • chad
  • conflict and peacebuilding
  • congo drc
  • ethiopia
  • food sovereignty
  • gender
  • guinea
  • hiv and aids
  • mali
  • mauritania
  • pastoralism
  • rwanda
  • uganda
  • violence against women
  • Blogging in Dakar

    Meet the team blogging at the IAC:

    Fortunée Twiyubahe


    Jacqueline Williams


    Louis Tshiyombo


    Macky Bah


    Yabowerk Haile