Femmes et filles africaines : leurs voix sur le monde post 2015 - Rapport Mars 2014

Les Voix des citoyennes africaines recueillies lors des Ateliers Citoyens sur le cadre de développement post 2015 tenus dans 13 pays africains

Au moment où les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) touchent à leur fin, et dans un contexte marqué par des négociations pour un nouveau cadre de développement, il s'avère nécessaire d'opérer une rupture radicale eu égard aux modèles de développement adoptés jusqu'ici. Cela doit aller au-delà de la simple réflexion sur la vulnérabilité des femmes, pour véritablement mettre l'accent sur la contribution des femmes dans la transformation économique et sociale de l'Afrique. La vision d'ACORD pour la justice sociale et la réduction de la pauvreté repose sur la prise de conscience que les êtres humains sont les premiers acteurs de leur survie et de leur développement, et que nous devons travailler aux côtés des communautés. Notre principale préoccupation est de renforcer la capacité des populations à participer et à exercer une influence sur les processus de gouvernance et de prise de décisions, en vue de s'attaquer aux causes fondamentales de l'exclusion et de l'injustice.

Notre engagement dans le processus post 2015 est régi par l'éthique suivante : il est vital que tout cadre s'adressant aux questions de pauvreté et de développement durable puise ses informations auprès de ceux qui sont le plus affectés par la pauvreté et les inégalités au quotidien, ceux-là mêmes qui ont les solutions propres pour y mettre fin. Cela est particulièrement vrai pour les communautés avec lesquelles nous travaillons, qui sont essentiellement rurales et marginalisées politiquement, économiquement, socialement et géographiquement, et qui sont parmi les plus pauvres dans leurs pays respectifs. Il s'agit des groupes qui sont les plus exclus des processus politiques. Parmi eux, les femmes sont les plus vulnérables du fait de leur position dans la société. L'égalité des sexes est une dimension très importante dans le travail de plaidoyer d'ACORD, et la voix des femmes constitue un élément central dont nous voulons nous faire l'écho sur la scène internationale.

En 2013, ACORD a organisé 45 ateliers citoyens dans 13 pays à travers le continent africain, et dans 6 de ces pays, ces ateliers ont particulièrement porté sur des questions et préoccupations concernant les femmes. L'objectif était de mobiliser le pouvoir des citoyens africains en vue de renforcer leur position d'acteurs de leur propre développement. Les ateliers ont suscité de nombreux débats et discussions dans certaines des communautés les plus éloignées et les plus marginalisées en Afrique de nos jours, avec des citoyens qui se sont prononcés sur les difficultés auxquelles ils font face et qui ont formulé des idées sur comment ils entrevoient un futur meilleur. Les résultats des consultations ont été compilés dans un rapport sur le processus post 2015 intitulé «L'Afrique que nous voulons : des Etats aptes à réagir, et des citoyens au pouvoir renforcé» (à paraître en Avril 2014). Le présent document «Femmes et les Filles Africaines : leurs voix sur le monde post 2015» ajoute à ce rapport, dans le sens où il approfondit l'analyse sur le genre et les questions de droits des femmes émanant des ateliers.

Le présent document est une représentation de la voix des femmes et des filles africaines à la base. Même si ACORD s'est évertué à faire l'écho de la voix des femmes de manière fidèle, force est de constater que l'Afrique n'étant pas homogène, ces voix ne sont pas représentatives de toutes les femmes sur le continent, ni ne traduisent les opinions et points de vue de toutes les femmes interviewées sur l'égalité des sexes. Dans les discussions avec les femmes, ces dernières ont invariablement reconnu que des réalisations et avancées ont été enregistrées en termes d'égalité des sexes et d'autonomisation des femmes au cours des 15 dernières années. En particulier, elles ont souligné les grands pas réalisés par rapport à la participation des femmes dans la classe dirigeante et sur les questions juridiques et politiques concernant l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes à travers le continent. Le présent rapport a tenté de recueillir la parole des femmes à la base par rapport aux processus politiques de construction de consensus très complexe qui découlera du cadre de développement post 2015. Si un certain nombre de voix à la base présentent les femmes comme des victimes, d'autres mettent l'accent sur l'action des femmes. Pour ACORD, cet équilibre est très important dans le débat sur l'autonomisation des femmes. La réalité pour beaucoup de femmes à la base est que leurs libertés fondamentales sont entravées. En conséquence, notre point de départ est que les capacités réelles des femmes à prendre des décisions et à les mettre en œuvre, constituent la base sur laquelle elles vont pouvoir s'affirmer en tant que citoyennes reconnues avec un pouvoir de décision à tous les niveaux.

Les résultats qui ont fait l'objet de discussions lors des ateliers citoyens et lors des ateliers spécifiques sur la question des femmes, ont été résumés ici. Dans l'analyse sur les voix des femmes, ACORD a identifié des questions relatives à cinq grands axes :

• La violence contre les femmes et les filles
• L'accès et le contrôle des ressources, y compris la terre, le crédit, l'énergie les technologies de l'information
• La citoyenneté des femmes et la classe dirigeante féminine
• L'accès aux services de base, avec un accent sur les services de santé sexuelle et de la reproduction
• La reconnaissance, la redistribution et la rémunération du travail social des femmes

Le rapport focalise son analyse sur les expériences et les opinions des femmes et filles africaines, en utilisant leurs propres expressions pour illustrer les questions devant être prises en compte dans le nouveau cadre de développement post 2015.
ACORD présente ce rapport en appui à son action de plaidoyer pour le droit des femmes et l'égalité hommes-femmes, dans de nombreux fora de haut niveau et continentaux et nationaux, afin d'influencer le cadre de développement post 2015, ses objectifs et indicateurs, et pour sensibiliser les différents acteurs en prenant pour base la voix des citoyennes et des citoyens africains.

Télécharger le rapport

 

  • femmes
  • post2015