Pour un système éducatif burundais qui promeut l'égalité fille-garçon

Situation du genre dans le système éducatif burundais

Plusieurs réformes ont été mises en œuvre dans l'histoire du système éducatif burundais et ont contribué à l'amélioration de l'accès des enfants à l'école, y compris les filles. Parmi les mesures prises figurent :
A l'école primaire:
➢ La double vacation des maîtres et des locaux en 1982
➢ La subvention des frais scolaires par le Gouvernement en 2005
A l'école secondaire:
➢ La mixité
➢ Le système d'externat et la multiplication des écoles communautaires : les collèges communaux
➢ L'école fondamentale introduite par le nouveau Plan Sectoriel de Développement de l'Education et de la Formation (PSDEF) qui a démarré cette année.

Progrès en faveur de l'éducation des filles 

- Une mesure explicite visant l'amélioration de l'accès à l'enseignement secondaire a été appliquée dans les années 1978-1985
- L'introduction des cantines scolaires dans certaines provinces et l'octroi de l'huile à des filles de 5ème -6ème
- En 2000, le Burundi s'est approprié l'initiative de promouvoir l'éducation des filles en Afrique AGEI en vue de l'atteinte des objectifs EPT, devenu UNGEI en 2005
Dans ce cadre, une cellule AGEI au cabinet du Ministère, un Comité National, des comités provinciaux et communaux ont été mis en place. Le programme AGEI a ciblé 4 provinces pilotes et le programme UNGEI a été étendu à 3 autres

Travail réalisé par ACORD et ses partenaires

- Collecte des données quantitatives désagrégées par sexe et qualitatives à travers des études qui ont permis de montrer la situation réelle en matière d'éducation des filles
- 2003, étude sociologique sur la problématique de l'éducation des filles au Burundi
- 2003, identification des stéréotypes de genre existant dans l'environnement de l'école primaire
- 2006, étude sur la problématique des grossesses en cours de scolarité au Burundi
- 2008, audit genre en éducation au Burundi
Ces données ont permis d'engager les acteurs clés, avec en tête le gouvernement du Burundi, ce qui a eu pour résultat :
➢ la prise en compte du genre dans le Plan sectoriel de l'Education et de la Formation de 2012 (2012-2020)
➢ la stratégie Equité Genre en Education
➢ la révision du Règlement scolaire en faveur de la réintégration scolaire des écolières/élèves-mères

Situation du genre dans les curricula de l'école primaire

Les curricula en vigueur au Burundi sont vieux et datent de 1993. L'étude sur l'identification des stéréotypes de genre a conclu que:
- Certaines réformes de l'enseignement primaire (ruralisation et Kirundisation) ont transporté les stéréotypes de genre contenus dans la tradition et la culture burundaise dans les manuels scolaires et supports pédagogiques
- Les stéréotypes sexistes en défaveur de la fille, comme la répartition des tâches, l'organisation physique et pédagogique de la classe, les attitudes et comportements des élèves, les pratiques et le langage des enseignants sont une réalité.
- Ces stéréotypes se remarquent notamment au niveau du déséquilibre dans les illustrations, ainsi que dans la dévalorisation des personnages féminins présentés et des travaux qu'ils exercent.
- Les mêmes conclusions sont reprises par l'audit genre en éducation qui a été élaboré en 2008.
A l'issue de ces constats, des actions ont été entreprises par le Ministère et ses partenaires sur base des recommandations émises dans les études citées:
 Production des données désagrégées par sexe pour pouvoir suivre l'évolution des indicateurs
 Sensibilisation des cadres de l'administration du Ministère sur le Genre
 Formation de certains concepteurs des programmes sur le genre et la pédagogie qui intègre le genre, sur base d'un document développé par FAWE comportant 12 chapîtres
 Sensibilisation des Inspecteurs et des Conseillers pédagogiques sur le Genre et la pédagogie qui intègre le genre
 Par l'adoption du PSDEF et en se dotant de la Stratégie Equité Genre en Education, le Ministère s'engage à éliminer les stéréotypes de genre dans les programmes d'enseignement.

Défis à relever

Malgré les avancées déjà enregistrées dans l'intégration du genre au sein du système éducatif en général et dans les curricula de l'enseignement primaire, des défis subsistent. Ces derniers sont de différents niveaux.
Au niveau externe au système éducatif :
- Le genre est un concept encore nouveau au Burundi et doit être intégré par la société pour faire face aux stéréotypes entretenus par la tradition et la culture dans les actes, comportements et langage courant;
- La pauvreté de la population demeure un frein à l'accès et à la qualité de l'éducation pour un nombre considérable d'enfants. En témoigne les taux élevés d'abandon mais aussi les taux faibles d'achèvement en particulier pour les filles.
Au niveau interne au système éducatif :
- L'intégration du genre dans les curricula dépend de l'intégration du genre dans le système éducatif en général:
- Au niveau politique, la gratuité des frais scolaires n'est pas suffisante car des enfants issus des groupes vulnérables ne vont toujours pas à l'école et les filles sont le plus sacrifiés
- Au niveau législation scolaire, les filles-mères restent discriminées du moment qu'il leur est toujours interdit de réintégrer dans l'école d'origine
- L'insuffisance des ressources impose la révision parcellaire des programmes ce qui pourrait handicaper une intégration effective;
- La formation de tous les enseignants sur le genre et la pédagogie qui intègre le genre demeure une nécessité.

Solutions durables

L'enfant burundais reçoit une éducation double, à la fois parentale/communautaire et scolaire et la première est la plus influente sur la personnalité de l'individu.
Pour mieux intégrer le genre dans l'éducation de cet enfant, il faut l'intégrer en amont [éducation parentale/communautaire] et en aval [scolarisation]. Pour cela, il faut :
- Sensibiliser toute la communauté sur le genre afin d'éradiquer les stéréotypes de genre dans le langage et dans la culture en passant par les agents de transmission (parents, membres de la communauté, journalistes,...)
- Former les administratifs, les Inspecteurs, les Concepteurs de programmes, les Conseillers pédagogiques sur le genre et la pédagogie qui intègre le genre;
- Former un pool d'enseignants formateurs de formateurs pour qu'ils appuient la formation de leurs collègues sur le genre et la pédagogie qui intègre le genre;
- Former tous les enseignants sur le genre et la pédagogie qui intègre le genre. Cela permettrait en attendant une refonte des curricula, d'intégrer le genre dans la pédagogie (les pratiques de classe, langage, disposition de classe, interaction,..)
- Adopter un outil d'intégration du genre dans le système éducatif en général et dans les curricula en particulier;
- Mobiliser les ressources pour la refonte des curricula;
- Intégrer le genre dans les programmes de l'école fondamentale;
- Mettre en place un comité permanent de suivi du genre dans les programmes d'enseignement;
- Instaurer l'obligation de l'éducation de base.
- Adapter les infrastructures scolaires aux besoins sexo-spécifiques des écoliers/élèves.

ACORD considère qu'une prévention efficace des violences contre les femmes doit prendre en compte les causes profondes du problème, en se concentrant sur les croyances, convictions et visions qui viennent de la socialisation. En travaillant sur les questions de genre avec les femmes et hommes de 18 pays africains, l'Agence a retenu de ses recherches et de son travail sur le terrain le besoin urgent de revoir les programmes scolaires afin que les besoins, préoccupations et expériences des filles et garçons puissent faire partie intégrante de la conception, de la mise en œuvre et du suivi et évaluation de l'enseignement, afin que filles et garçons puissent en bénéficier de manière égale, et que les inégalités ne soient pas perpétuées dès le plus jeune âge.
C'est dans cet esprit qu'ACORD - qui travaille activement pour le renforcement des connaissances sur les relations positives entre les femmes et les hommes afin de trouver des moyens efficaces de lutte contre les inégalités entre les sexes en vue de l'amélioration du statut , le développement et l'influence des femmes en Afrique - en collaboration avec des partenaires au niveau local et panafricain , a lancé un programme multi-pays, dont le Burundi, pour assurer l'égalité des sexes dans les programmes de l'enseignement primaire.
Le projet met l'accent sur le changement oriente vers l'égalité des sexes dans les pratiques d'enseignement et l'environnement scolaire dans cinq pays africains (Tchad, Mali, Burundi, Sud-Soudan, Ouganda). 
Il vise à :
- Fournir au personnel des ministères de l'éducation et du genre, les éditeurs et les concepteurs de curricula un cadre pour l'échange, la réflexion et l'analyse sur l'égalité des sexes dans les programmes scolaires
- Concevoir et diffuser un outil de formation pour l'intégration du genre, sous la forme d'un manuel pratique a l'attention des enseignants et des acteurs œuvrant autour de l'école, adaptable aux contextes spécifiques de chaque pays

 

 

 

 

 

  • burundi
  • éducation et sensibilisation
  • femmes